Rénovation salle Laurent Prévost à Santes

Rénovation salle Laurent Prévost à Santes

Rénover avec inventivité le patrimoine industriel du Nord

L'architecte DPLG Angélique Thomas Havart, spécialisée dans la réhabilitation du patrimoine, a su redonner vie à l’ancien cinéma de la cité ouvrière de Santes (59), à l'architecture typiquement 1900.

Un passé industriel à faire revivre autrement

Si l'agence Ar.T architecte installée à St-Omer a remporté l'appel d'offres de la mairie de Santes, c'est précisément en raison de son savoir-faire dans la restauration du patrimoine architectural. Angélique Thomas souligne : « un tiers de notre activité concerne ce type de rénovation (bâtisses anciennes religieuses ou non). À Santes, nous avons été les seuls à proposer la restauration et la conservation de cet ancien cinéma bâti par l'industriel Wallaert pour ses ouvriers ». La ville possède un vaste patrimoine 1900 et souhaite en conserver une partie, notamment dans cette ancienne cité ouvrière qui abrite toujours plusieurs maisons, une église et d’anciennes écoles. Pour transformer ce bâtiment en salle de loisirs (dojo et danse), Angélique Thomas Havart a prévu une extension raccordée par une verrière à l'arrière du bâtiment existant. Après un gommage de la façade, toute la toiture a été refaite et la nouvelle extension a été intégrée de façon naturelle dans l'ensemble.

La terre cuite, un choix d'évidence

L'ancienne toiture était déjà en tuiles terre cuite comme beaucoup de constructions de cette époque dans cette région. Le choix d'Angélique Thomas Havart a consisté à concevoir une variation du motif existant en utilisant un jeu de 3 teintes de tuiles Koramic. Les tuiles noires émaillées dessinent une frise sur le fond rouge, ponctuée par une touche blanche. Cette dernière annonce déjà subtilement l'aspect plus contemporain de l'extension, où cette note plus claire vient ruisseler comme une pluie née du haut de l'ancien cinéma. Angélique Thomas Havart connaît bien la terre cuite Wienerberger et le choix de la teinte rouge « a été immédiat, sans hésitation. » La répartition de la cuisson lui donne des nuances, et les références noires et blanches émaillées apportent des reflets sur la surface de la toiture.

Bien intégrer une extension plus contemporaine

Destinée à accueillir les vestiaires et les sanitaires, ce nouveau bâtiment est relié à l'existant par une verrière d'1,50 mètres de large et 15 mètres de long. Le défi pour l’architecte : réussir son intégration tout en parvenant à lui donner une vie architecturale. « C'est une construction sans fenêtres. J'ai choisi une forme pixellisée inspirée du bâtiment principal pour apporter une note contemporaine à l’extension. Les tuiles plates descendent du toit et le bardage occupe la partie supérieure de la façade », la partie basse étant en briques. Cette continuité créée par le mix de 2 produits différents en terre cuite (tuiles et briques) est à la fois inédite et réussie, donnant un aspect compact à la « boîte » décrite par Angélique Thomas Havart. L'incrustation d'une ligne noire et de pixels blancs rappelle également l'architecture de la région. « Ce type de motifs est présent sur le littoral et dans le Nord avec des jeux de couleurs. Si on l’isole, on peut retrouver un aspect ethnique qui rappelle le Mexique par exemple ! ».

Impliquer des artisans dans le projet

« L'entreprise de pose n'était pas coutumière de ce type de chantier, raconte l'architecte spécialisée dans le patrimoine. Même si les motifs ont été conçus de façon très mathématique, il a fallu ajuster sur place, tenir compte des joints, etc. Et peu à peu, l'équipe s'est prise au jeu ». L'architecte a vite été rassurée par tous les accessoires Wienerberger qui facilitent la pose mais également par l'émulation des artisans. « J'avais droit à ma photo de chantier tous les vendredis soirs. Ils ont totalement adhéré au projet et voulaient un résultat impeccable ».
La véritable réussite de ce projet ? La réalisation d’une rénovation de qualité pour le bâtiment d'origine, typique des quartiers ouvriers 1900, avec une touche de modernité apportée par l'extension, sans effet de rupture. En harmonisant le matériau entre ancienne et nouvelle construction, l'architecte a ainsi pu créer un lien entre passé et présent, traduit par le dialogue des motifs entre tuiles et briques.

Zoom chantier

Harmoniser un bâtiment réhabilité avec son extension neuve grâce à la terre cuite

Informations

Pour aller plus loin

Plus de projets

Consulter nos pages références

Tous nos produits

Choississez le produit qui vous ressemble

Product manager and roofer talking checking product information in attic under renovation

Une question ? Besoin de conseils ?